Nouvelles du Web

Sujet écrit par journal sur Internet

Tandis que le Salon du Livre de Paris a lieu dans la capitale, notre spécialiste opte pour le sujet d’études que sont les enjeux économiques du livre électronique. Il se demande entre autres pourquoi le livre numérique n’a toujours pas trouvé sa place au sein de notre sol Français.

L’eBook ; comment ceci marche?

Selon les marques et les modèles, les bouquins numériques peuvent avoir à sa disposition une mémoire de 2 Giga-octets, ce qui équivaut à 1500 ebooks.
Ces bouquins numériques peuvent être acquis par les adeptes de bons romans sur des plateformes d’e-commerce telles qu’Amazon.
Différentes plateformes internet associées aux grandes enseignes (Fnac et éditeurs) ont fait leur apparition.

Quels seront les perspectives pour l’œuvre numérique

Il est estimé à 6700 le nombre de tablettes qui ont été vendues au cours de l’année 2010. pendant l’année 2009, les achats s’estiment à 35 000 e-livres.
Sur le plan international, des millions de personnes sont devenus les heureux propriétaires d’une tablette lors de l’année 2009, et les fabricants prévoient 10 millions de tablettes vendues au cours de l’année 2010.
Du côté des ouvrages numériques, ce n’est pas faisable actuellement d’avoir des estimations.
La Fnac se targuerait d’avoir pu vendre presque 60 000 versions numériques en 2009.
Ce chiffre n’est pas réellement important, parce que rappelons qu’en France, 470 millions de livres réels sont vendus annuellement.
Les USA en plus de la Chine représentent les plus intéressants pour les marchés du livre numérique. Toujours est il que les fabricants de livres numériques attendent beaucoup des pays émergents et d’Europe, qui s’avèrent des marchés à fort potentiel.
D’après un sondage effectué plus tôt, 7,7 pour cent de ceux vivant en Europe ont fait l’acquisition de livres électroniques, et 19 pour cent seraient prêts à en acheter plus tard.

Les encres électronisables

Également connu sou l’appellation encre électronique, le papier électronique est une technique d’affichage mise au point l’année 1972 par Xerox, un fabricant d’imprimantes, qui cherche à recréer l’apparence du papier imprimée.
Ne ressemblant pas aux écrans habituels, l’écran des tablettes est de type réflectif: il se sert de la luminosité ambiante afin d’afficher un texte et n’a pas besoin d’énergie en plus.
Cet affichage n’est ainsi pas réellement nocif pour l’œil humain. De nos jours, les fabricants désirent associer cette technique avec un écranqui puisse être de type LCD ou LED normal.